image Je teste la mooncup !

Bonjour mes violas fleuris,

Aujourd’hui je vous fais rentrer au coeur de ma fleur (oh-oh-oh) en vous présentant la mooncup.

mooncup-presentation

Pour se remettre en contexte, je vous rappelle que j’ai un implant contraceptif, comme je vous l’ai expliqué ici. Que je dois bientôt retirer d’ailleurs, puisque les trois années dans mon bras sont bientôt écoulées.

Qui dit implant, dit petites fuites de temps en temps, incontrôlées, insoupçonnées, juste là pour foncer ta jolie lingerie, Bordel de sh*t.

Alors à force d’utiliser des tampons pour rien, d’avoir un gros budget protection hygiénique et dans une logique de diminution des déchets et de préservation de ma fleur vaginale j’ai voulu sauter le pas de la cup.

D’abord je me suis renseignée sur cet objet du futur, dont je salue l’innovation ! La mooncup c’est la liberté féminine, faisant un f*ck à l’industrie hygiénique : plus besoin de remplir ses placards de tampons&co, la mooncup est durable et réutilisable ! Alléluia !

Et puis j’ai passé le pas. Je me suis procurée une mooncup au BIOCOOP du coin. Par contre c’est un petit investissement à 38€ la bête ! Mais ce qui est vite rentable par rapport aux nombres de protection que l’on achète.

J’avoue que la mooncup est restée un petit moment dans sa boîte avant qu’elle ne rencontre mon intimité. Et puis un jour, sous ma douche, j’ai passé le pas.

Je vous passe les détails sur sa mise en place dans mon corps de déesse. Petit topo sur ce bol de récupération féminin.

coupemenstruelleaff
source : http://www.anissina-turelle.com

Les in :

Plus besoin d’acheter de tampons.
On oublie donc les dimanches après-midis de solitude au-dessus de la cuvette sentant la catastrophe arriver « merde, j’ai oublié d’acheter des tampons ». Solution d’extrême urgence : retourner tous ses sacs à main, sacs de voyages, sacs de sport, tiroirs de lingerie, boite à gants, boite à bordel à la recherche de l’heureux élu… Plus besoin non plus d’avoir un sac à main débordant de protections hygiéniques (ou si elles sont bien rangés dans une petite pochette « intime » à côté des préservatifs, pour les jours de liberté). Enfin, cela suppose que votre mooncup trouve sa place dans votre sac à main.

Terminé le changement de protection hygiénique-sans-discrétion entre les bruits des emballages et la mauvaise surprise lorsqu’il n’y a pas de poubelle dans les dites toilettes.

Plus besoin de changer aussi régulièrement de protection que d’habitude : vous pouvez garder la mooncup jusqu’à 12h d’affilée. Bye-bye la protection qui déborde, ou les mauvaises odeurs.

-Déjà adepte des tampons, le confort inégalé de ces petites souris est bien connu : pratique de sport ok, discrétion, facilité à l’insertion et j’en passe. Disons que la mooncup est comme le tampon, (je me rappelle encore du jour où j’ai réussi à mettre un tampon, c’était la fête à la maison !) mais elle va encore plus loin !

Les out :

-Le tampon avec applicateur était pour moi la cerise sur le gâteau. Déjà le tampon. Mais le must : l’applicateur propulse la petite bête là où il faut, comme il faut, pas besoin de se salir les doigts. Par contre, avec la mooncup, il faut mettre la main à la pâte. Du coup, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. J’ai découvert une sensation de « ventouse » à l’intérieur de moi, qui est assez désagréable (pour quelques secondes de sensation, y’a pas de mal non plus).

-Heureusement que la mooncup peut rester en place jusqu’à 12h. Pour l’instant, j’ai du mal à la vider en dehors d’un terrain intime, c’est-à-dire chez moi. Comptez un peu le nombre de toilettes où les lavabos sont situées à l’extérieur…et vous allez comprendre. D’ailleurs chez moi aussi les toilettes sont séparées de la salle de bain : changer la mooncup est un peu un plan commando pour éviter qu’Amoureux ne tombe nez-à-nez face à ma coupelle remplie…

La mesure à gâteaux. La vue du sang ne m’a jamais posé aucun problème, plus jeune je soignais les blessures de guerre de mon frère. Le sang de mes règles ne m’a jamais dégoutté. Mais recueillir le sang de mes règles dans une petite coupelle comme si je prenais la mesure des ingrédients pour faire un gâteau, ce n’est pas très appétissant. J’aurai mieux fais de prendre une cup colorée ou avec des paillettes !

L’effet ventouse. La mooncup se place dans le vagin. Ok. Mais comment tient-elle ? Par un procédé « de ventouse ». Donc pour la retirer il vaut « casser l’effet de ventouse », rien de plus facile ! Mais au moment de retirer le petit bol j’ai l’impression de retirer un morceau de ma chair. La sensation dure quelques secondes, ce n’est pas la mort, mais il faut simplement que je m’habitue.

En bref :

J’ai acheté ma mooncup avec beaucoup de fierté, mais je ne suis pas encore tout à fait conquise par son utilisation. Les tampons ont du mal à me quitter, j’en ai d’ailleurs toujours sur moi, pour me rassurer, comme un nouveau non-fumeur avec son paquet près de lui.

Je ne trouve que des avantages à ce petit objet en théorie, mais je dois manquer encore un peu de pratique pour adopter ce nouveau geste intime à 100%.

Et toi la mooncup, tu es plutôt pour ? Plutôt contre ? Tu as testé ? Ou tu as des appréhensions à ce sujet ?

KISS-LOVE&MOON

Pour en savoir plus : « La coupe menstruelle, cet objet de l’espace » & « Pourquoi passer à la coupe menstruelle ? »

Publicités

4 commentaires

  1. Pour ma part, j’ai testé la FleurCup qui coûte beaucoup moins cher (9,99€) + quelques euros pour le récipient pour la stériliser.
    Il faut laisser passer des mois d’utilisation d’une cup afin de pouvoir se passer de protection, personnellement, il m’est déjà impossible hors semaine rouge de ne pas utiliser de « protège-slip », donc, ça ne me dérange pas.
    Par contre, je n’ai jamais supporté les tampons et la cup me va à la perfection.
    Chez Fleurcup, tu peux choisir également une couleur et un type de tige, la tige ne sert à rien, juste à rassurer afin de pouvoir ressortir la cup mais, personnellement, je n’ai ni tige, ni bout rond, rien, j’ai tout enlevé parce que ça me gênait et je n’ai aucun mal à sortir ma cup. À noter également qu’il y a des coupes « sports » 🙂
    Si tu n’as pas de lavabo à proximité, tu peux toujours vider ta cup dans les toilettes et, l’essuyer avec du papier toilettes 😉

    PS : en Festival, c’est encore plus la vie !

    J'aime

  2. ma meilleure copine étudiante en pharmacie me parle de sa cup sans arrêt, c’est trop génial mais siii il faut essayer !!! après la lecture de cet article je ne suis pas sure de voilà essayer, si ça marche pour certaine parfait mais tes descriptions de ventouse à l’intérieur du corps ne me font pas rêver ah ah ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s